LA TROUÉE

Théâtre documentaire
Collecte de la parole des femmes dans le monde paysan. 

En création - 2022

Seule en scène dans et pour la ruralité

TROUÉE, nom féminin : Large ouverture qui permet le passage ou qui laisse voir.

LA TROUÉE, jeune femme : revenant au pays et tentant de répondre à la question : pourquoi ici plutôt qu'ailleurs ?

 

Traverser les campagnes, creuser la terre, écouter les silences des femmes de ferme, percer la brume, les mettre en lumière, ouvrir ici les gens de là-bas.

Faire une brèche, partir en voyage tout près de chez soi.

Chez moi, on se tient les épaules en dedans pour que la pluie ne se fasse pas mal en tombant.

Retour dans le terrain de jeu de son enfance : le corps de ferme de la grand-mère.

Faire son trou. 

L'histoire

LA TROUÉE s’interroge sur la place des corps et des paroles des femmes en milieu rural.

C’est une carte postale tantôt tragique, tantôt comique, des corps de ferme de ces régions de Cultures où la Culture serait une denrée rare.

LA TROUÉE, c’est l’histoire d’une femme qui cherche encore où se trouve son «chez-soi». 

 

Pourquoi ici plutôt qu’ailleurs ?

 

LA TROUÉE part en voyage juste à côté de chez elle.

Elle creuse des tunnels entre son passé dans un corps de ferme et les multiples ailleurs qu’elle découvre au fil des rencontres. 

Elle avale des kilomètres de paroles agricoles, de silences et de paysages boueux. 

Ici, entre les rideaux de brouillard, par l’oeilleton, on gaigne* pour savoir ce qui se passe ailleurs.

LA TROUÉE ouvre sa fenêtre en grand et invite le spectateur à venir gaigner un peu par ici.

*gaigner: observer en patois

Intentions

Au tout début, me questionner sur ce que porte mon corps : mes origines paysannes, l’histoire familiale, qu’est ce que ça fait de grandir dans une zone rurale, dans un trou, dans un territoire que l’on nomme « désert culturel » ?

Je voulais trouver les multiples figures de femme qui logent en moi, leur donner corps et voix, les sortir du silence. 

 

« T’es pleine sur le plateau »

Mais pleine de quoi ? Pleine de qui ? Qui m’habite ? Si mon corps est une maison, qui la traverse ? Quelle sorte de zone d’accueil suis-je ? Est ce qu’il reste de la place ?

 

Je suis une « Peuplée », une Trouée, je suis petite fille de paysannes et mon corps entier porte la ruralité. Je suis souvent traversée sur scène par toutes ces figures épiées pendant l’enfance. Je vis encore dans une grande ville, et parfois j’ai peur que ceux qui m’habitent fuient, qu’ils prennent le tunnel en sens inverse et que de « Peuplée », « Entière », je finisse vide.

 

LA TROUÉE est un projet d’écriture pour un « seule en scène ».

 

LA TROUÉE est un projet d’écriture in situ. 

Théâtre documentaire un peu particulier, je cherche à fictionner le réel en réalisant une série de rencontres paysannes. Ce spectacle s’écrit sur les routes, par l’exploration de mon corps s’inscrivant dans les paysages traversés, au cœur même des corps de ferme. 

 

Ma grand-mère n’est jamais partie de sa ferme, quand elle ouvre sa fenêtre, elle dit qu’elle voyage.

 

LA TROUÉE tente de donner voix à plusieurs fenêtres : celle de mon enfance à la ferme, celle des « femmes de » paysans, celle d’un territoire. 

Coproduction : Le Nombril du Monde - Bourse d'écriture la petite chartreuse, Cal Clermontois, CARCT. 

L'ÉQUIPE

 

Retrouver le Compost sur 

                       ÉCRIVEZ NOUS

  • Youtube
  • Facebook

© 2020