top of page

RÉCIT(S) DE CORPS

Titre provisoire
Spectacle Bilingue Français oral - Langue des signes
(en lien avec la résidence d'implantation sur le territoire du Clermontois)
affiche récit(s) de corps ©lena heneis.jpg

En création / 2025 - 2026

Spectacle bilingue (Français oral - LSF)

Collecte de paroles autour du corps féminin

de Cécile Morelle

Avec Zelda Perez et Julia Pelhate

distribution en cours

Qu'est ce que notre enveloppe corporelle cache ? Qu'est ce qu'on accepte de dévoiler ? Quels paysages intérieurs viennent se cacher dans les plis de la peau ?  RÉCIT(S) DE CORPS (titre très provisoire) sera la nouvelle création bilingue (Langue des signes, Français oral) de la compagnie Le Compost, à partir d'une collecte de parole auprès de femmes de tout âge et tous horizons, autour d'un sujet aussi vaste que le corps... Un spectacle chorégraphique, qui entremêle le langage silencieux du corps, la langue des signes, et tout ce que ces femmes auront bien voulu nous confier d’elles pendant la collecte. 

INTENTION

J'ai lu il y a une dizaine d'année "Journal d'un corps" de Pennac, dont voici un extrait : 

« 50 ans et 3 mois. Jeudi 10 janvier 1974

Si je devais rendre ce journal public, je le destinerais d'abord aux femmes. En retour, j'aimerais lire le journal qu'une femme aurait tenu de son corps. Histoire de lever un coin de mystère. En quoi consiste le mystère ? En ceci par exemple qu'un homme ignore tout de ce que ressent une femme quant au volume et au poids de ses seins, et que les femmes ne savent rien de ce que ressentent les hommes quant à l'encombrement de leur sexe. »

Et si on lui rendait la pareil à monsieur Penac, si on allait interviewer des femmes sourdes et entendantes, de tout âge, (il commence son journal à 7 ans, si mes souvenirs sont bons) et qu’on leur demandait qu’est ce qui vous rend fière ? quels sont les marques de vos corps, les douloureuses, les cicatrices, les obscures, les sublimes ?

 

Voilà les dés sont jetés, RÉCIT(S) DE CORPS (titre très provisoire) sera pour l’équipe artistique du spectacle « LE SYNDROME DE PAN », une nouvelle création bilingue (Langue des signes, Français oral) à partir d'une collecte de parole auprès de femmes, de tout âge, autour d'un sujet aussi vaste que le corps. 

 

Collecter auprès de femmes, ça veut dire travailler toutes ensembles à créer des endroits de paroles, de dévoilement, de connaissance de l’autre pour mieux se connaitre soi-même, en sécurité. Ça veut aussi surement dire apprendre la sororité ? Pourquoi j’avais tant peur d’avoir un double, une jumelle, une soeur plus petite ? 

 

Est-ce que « le syndrome de la Schtroumpfette » hante d’autres femmes dans ces relations professionnelles, humaines, privées ? Je crois que percevoir en l’autre une soeur ne va pas toujours de soi. Nos places sont si précaires, nos corps si souvent réduits à des images sexuelles, de fantasme, ou de petite fille modèle, qu’on ne sait même plus trop comment l’habiter ? Comment co-habiter toutes ensembles ?

 

Je ne veux pas sortir les hommes du jeu, ce n’est pas contre eux, j’aimerai juste créer un endroit de paroles, et de rencontre entre plusieurs générations sur notre premier chez-nous, sur ce qui nous appartient, notre corps. 

Cécile Morelle

 

 

LES ACTIONS CULTURELLES

L’autre ici désigne toute femme, quel que soit le corps dans lequel elle est née.

Pour la précédente création du Compost, LA TROUÉE, road-trip rural, nous avons été en résidence d’implantation sur le territoire du Clermontois, dans les Hauts-de-France (Dispositif aidé par la Région et le Cal du Clermontois)

Durant la première année, période dite d’infusion, nous avons chercher à rencontrer les gens qui vivent dans cette région, nous avons collecter leur parole avec des outils aussi divers que la bande dessinée, l’écriture, la randonnée, la vidéo ou la prise de son en in situ. 

La deuxième année, dite de création, nous avons menés des laboratoires transdisciplinaires dramaturgiques avec les habitant.e.s pour nourrir la création et écrire à partir de leurs mots. Nous cherchions au même niveau : artiste et amateur. Tous laborantin.e.s au service du jeu, du texte.

 

Pouvoir impliquer les habitants dans la recherche de plateau fut un réel plaisir pour l’ensemble des artistes, nous voudrions proposer le même principe pour RÉCIT(S) DE CORPS, à une grande différence près, certains laboratoires seront uniquement en LSF, l’idée sera dans un second temps de mener un laboratoire bilingue où les femmes se rencontrent, grâce à la présence d’une interprète. 

Production : Cie Le Compost
Coproduction : La Villette, 
le Cal Clermontois, la Région Hauts-de-France dans le cadre du PRAC.2, le théâtre du Chevalet de Noyon, le Centre Culturel de Tergnier, la mairie de Fere-en-Tardenois.


Recherche de partenariats et soutiens en cours.

récit(s) de corps.png
bottom of page