Labo 1 - Jour 3

Collecte de paniers au marché

Clermont de l'Oise - Samedi 29 janvier 2022

Dernier moment de notre laboratoire : une collecte de portraits–panier. Une des choses qui peut nous empêcher de bien vivre, après l’espace (avoir un espace à soi), c’est le fait… De bien manger !

Nous avons lu « la théorie de la fiction–panier » de Ursula K le Guin.

Ce texte raconte la nécessité d’inventer de nouveaux récits dont l’aventurier ne serait plus le chasseur mais la cueilleuse, la récoltante. Nous sommes donc allées à la rencontre des aventurières clermontoises faisant leur marché. Et nous les avons interrogées sur leur panier, ce qu’il contenait, d’où il venait, de quoi elles le rempliraient si elles devaient se rendre sur une île déserte… Et nous leur avons finalement proposé de vider leur sac ! Portrait sensible d’un objet nécessaire et symbolique.

inCollage_20220129_164701198.jpg

« Mon mari voulait des fleurs dans la maison, il a commencé à couper des fleurs du jardin, j’ai dit non, j’en achète mais on coupe pas les fleurs du jardin, il est décédé mais j’ai gardé l’habitude d'en acheter. Il y a du mimosa dans mon panier. »

panier percé.gif

« Mon panier est plein parce que la semaine prochaine j’ai mes petits enfants alors j’ai clémentine, poireaux, carotte, endive, un céleri, un ananas, des betteraves rouges et un buter…machin là. Je viens tous les samedis, je me paie un bouquet de temps en temps. Je suis pour les paysans, je vais pas au Leclerc parce que je sais qu’ils sont pas bien traités. »

« c’est un petit rituel, on aime bien, c’est naturel, on va au marché, on fait un petit tour »

« Oh il est vieux hein, c’était à mes parents donc c’est celui qui sert au marché, bon il sert à cueillir quelques pommes de temps en temps mais sa fonction première c’est aller faire les courses. C’est en rotin, c’est de la bonne qualité bon après faut en prendre soin c’est comme tout »

« Je prendrai une canne à pêche, au moins pour se nourrir »

« J’ai une botte de poireaux, des endives et une douzaine d’huitre. Il a été volé ce panier ! C’était en vacances, on a l’a acheté dans la superette où on va en vacances, je l’ai mis sur le tapis et il a pensé que c’était mon panier, il me l’a jamais compté. Un panier acheté, non acheté. Je peux vider mon sac, ah super, alors je vous donne mon stress. »

« On essaye tous les samedis matins, on essaye de faire travailler les locaux, les produits frais, les circuits courts, on regarde ce qu’on met dans l’assiette » « j’avais un panier  j’aime mon marché de Clermont , je l’ai perdu »

« Alors aujourd’hui comme d’habitude, il contient du poisson, du fromage, je vais avoir Leila pour les épices et puis après des légumes au maraîcher picard. On vient quasiment tous les samedis, c’est un rituel. »

Le mari : sur une île déserte ? Un couteau, une arme à feu !

La femme : Des livres !

« C’est le panier que ma mère m’a transmis, elle l’avait acheté à une dame qui faisait du porte à porte, ça servait à mettre mon ligne, mes couches etc, elle me l’a donné quand je me suis mariée et j’ai eu mes enfants, il a pas bougé, il a mon âge ! Il m’accompagne partout. » « Si j’allais sur une île déserte, qu’est ce que j’emmènerai ? Des graines, je crois, pour pouvoir les cultiver et avoir toujours quelque chose à manger. »

La mère : « une douzaine d’œufs, des pommes acidulées, des betteraves cuites, poireaux, des carottes, des brocolis, des poires et… ? »

La petite fille : « DU SAUCISSON DE CHEVAL ! »

 

« Sur une île déserte, j’emporterai le butternut, on pourrait le planter, et puis comme ça on pourrait s’alimenter de butternut. je ramènerai de cette île déserte, l’effondrement du capitalisme ! »

« J’ai rien pour l’instant, c’est vide ... je l’ai depuis deux ans, on me l’a offert et c’était mon mari. Un caddie c’est pour le côté pratique, c’était pas un cadeau empoisonné »

« J'emporterai des livres, je lis tout. Je laisserai l’égoïsme des gens, c’est très lourd »

« C’est-à-dire que j’avais un autre panier mais les anses sont abimées alors j’attends que le cordonnier soit installé pour le faire réparer » « Sur une île déserte, faut vraiment que je prenne un bouquin sinon je vais m’embêter sans bouquin »

« Y’a pas de hasard, y’a que des rencontres »